Les PTCE : Quelles différences avec les pôles de compétitivité ?

Par Magali Novion

Cette note a été rédigée dans le cadre d’un exercice pédagogique de l’Executive master “Stratégie, territoires et projets innovants dans l’Économie Sociale et Solidaire” Bloc 3 : “Certificat ESS et territoire” Promotion 2021-2023 de Sciences Po Bordeaux en partenariat avec le CNAM.

Les Pôles Territoriaux de Coopération économique (PTCE) portent dans leur intitulé, une différence d’emblée tentante avec les Pôles de compétitivité (PDC) : l’opposition entre les principes et les valeurs attachés communément au terme de coopération au regard de celui de compétitivité[1]. De ce fil, il serait aisé de tirer un ensemble de notions, de raisons d’être et d’agir contraires : économie de proximité versus économie de marché mondialisée, ancrage territorial local fort versus visée de rayonnement national et international, organisations de l’ESS versus entreprises de l’économie conventionnelle, etc.

Si un premier examen des définitions et des finalités respectives des PDC et des PTCE permet un balisage de traits communs minimes et de différences marquées, la comparaison de leur processus d’institutionnalisation par l’Etat, depuis leur contexte d’émergence jusqu’à aujourd’hui, semble créer des « effets miroirs ». La politique des PDC, précédant celle des PTCE, a justement créé un précédent.

Or, à l’aune de la relance récente d’un dispositif de soutien étatique des PTCE par la Secrétaire d’Etat en charge de l’ESS Marlène Schiappa, les PTCE, tels qu’ils sont perçus et soutenus par l’Etat, sur la base d’un référentiel priorisant les notions d’efficacité, d’entrepreneuriat et de développement économique bien plus que celle de transformation sociale[2], ne risquent-ils pas, à terme, d’être formatés à l’image de leur « homologue marchand », les PDC ?

Pôles de compétitivité versus Pôle Territoriaux de Coopération : des démarches, des finalités, des modes de gouvernance et un rapport au territoire divergents

Les Pôles de compétitivité[3] s’inscrivent dans la lignée des modèles de pôles territoriaux de l’économie conventionnelle et dans une tradition déjà ancienne de politiques territorialisées de développement économique en France (systèmes productifs locaux, grappes d’entreprise etc.)

La politique des Pôles de compétitivité a été initiée en 2004, elle se fonde sur l’idée que le regroupement d’entreprises (petites et grandes) et de centres de recherches publics et/ou privés, d’un même secteur, sur une thématique ciblée et sur un territoire donné, formant un cluster, permet d’augmenter leur capacité d’innovation, de productivité et de compétitivité. Les innovations générées sont d’ordre technologique, la découverte de process donnant lieu à la création de nouveaux produits permettant de placer ces entreprises sur des marchés de pointe à l’échelle mondiale.

Les Pôles de compétitivité apparaissent ainsi « comme une réaction face aux performances médiocres de la France dans ces domaines[4] ». La création et le développement de ces clusters, labellisés par l’Etat et orientés sur des filières sont alors considérés, comme des éléments clés d’une « nouvelle politique industrielle ». Il existe à ce jour 56 pôles de compétitivité labellisés en France[5], la politique publique qui les accompagne en est à sa 5ème phase. Cette dernière, dans son cahier des charges, attend des pôles candidats qu’ils soient « capables d’implémenter des politiques nationales et régionales d’innovations comme France 2030, comme de porter une ambition européenne dans la continuité de la phase 4 ».

Chaque pôle est représenté et animé par une entité juridique propre, le plus souvent une association. Il rassemble des adhérents parmi l’ensemble des acteurs industriels, scientifiques ou associatifs intéressés à ses actions (start-up, PME et grands groupes industriels, universités et/ou laboratoires publics…). Le fonctionnement des pôles est financé par les cotisations des adhérents et par des subventions publiques de l’Etat ou des collectivités territoriales ; les régions prioritairement.

Les Pôles de compétitivité ne résultent pas d’une logique ascendante et locale, ils ne sont pas une forme organisationnelle spontanée ou issue des territoires dans lesquels il s’inscrivent, ils sont le résultat d’une politique volontariste et d’une démarche institutionnelle élaborées par l’Etat[6]. Ils sont labellisés et délabellisés par l’Etat sur la base de l’évaluation et du suivi de leur contrat de performance, un contrat-cadre définissant leurs objectifs et régissant les relations entre le pôle, l’Etat et les collectivités territoriales impliquées.

               Comme le précise l’économiste Myriam Matray, « si les pôles de compétitivité et les pôles territoriaux de coopération économique recourent à des pratiques de coordination formelle et informelle qui présentent plus de ressemblances que de différences, ils enclenchent des dynamiques territoriales quasiment opposées, tant par les logiques stratégiques mises en œuvre que par leurs rapports au territoire[7] ».

En effet, à l’image des pôles territoriaux de l’économie conventionnelle comme les pôles de compétitivité, les PTCE sont, pour l’ESS, une illustration des dynamiques de polarisation territoriale[8].

Initiés et portés par des acteurs de la société civile et de l’ESS (associations, coopératives, structures de l’IAE, majoritairement des TPE et PME), les PTCE naissent souvent de dynamiques de coopérations plus anciennes et ancrées sur un territoire.

Leur objectif initial consiste à favoriser l’émergence et la durabilité de modes alternatifs de production et de consommation de biens et de services, en envisageant le PTCE comme un outil commun dont la finalité est d’agir, par la coopération, en faveur d’un développement territorial alternatif, ancré dans l’ESS. À l’émergence d’une dynamique de PTCE, on retrouve majoritairement la volonté de répondre à des besoins non-couverts du territoire et de ses habitants, en cela ils sont souvent porteurs d’innovations sociales et socio-économiques.

Le PTCE déploie son activité dans une logique démocratique en associant et impliquant les parties prenantes de sa démarche dans des espaces de réflexions et de délibérations, formels et informels.

Le PTCE se caractérise également par un agir collectif qui s’appuie sur des mutualisations de ressources, la réalisation de projets communs impliquant ses membres et des pratiques plurielles de coopération territoriales inter-acteurs, à rebours des effets de « coopétition » entre les membres d’un cluster ou d’un PDC, présumés moteurs dans la production d’innovation. Les activités s’inscrivent le plus souvent dans le cadre de plusieurs filières et portent très souvent sur des secteurs clés de la transition écologique (éco-activités, agriculture, alimentation, bâtiment, mobilité) et sociale (sécurisation des parcours professionnels, culture et industries créatives, service à la personne, lutte contre les inégalités etc.)

Les membres d’un PTCE prennent appui sur une cellule d’animation ou une structure porteuse du pôle qui anime, avec les parties prenantes de la démarche du PTCE et ses partenaires (collectivités, centre de recherche, organismes de formation etc.), un espace d’action et de vision politique communes, souvent traduit dans une charte des valeurs, un plaidoyer propre au PTCE et à ses enjeux locaux.

À la différence des PDC, l’objet PTCE a émergé et s’est qualifié (défini) dans les réseaux d’acteurs de l’ESS, avant de devenir une politique publique étatique et un article de loi ; l’article 9 de la loi du 31 juillet 2014 relative à l’ESS[9]. Le Labo de l’ESS, le RTES, le CNCRESS, le réseau COORACE et le MES constituent l’inter-réseau de l’ESS à l’initiative de l’objet PTCE et de sa première définition.

Il est à noter également, avant la reconnaissance de l’Etat, le rôle anticipé des collectivités territoriales et notamment des régions dans l’accompagnement à l’émergence et à la consolidation de « ces innovations territoriales coopératives ou concertatives qui entendent indiquer pour le territoire des « chemins de développement », caractérisés par une forte empreinte des valeurs et des instruments de l’ESS[10] »

               Pour ordonner ce premier inventaire des différences entre PDC et PTCE, nous pouvons nous appuyer sur une synthèse comparative[11] de Myriam Matray, réalisée dans le cadre de sa thèse en 2010 qui recense 8 champs de différence : finalités, démarche, filières, innovations, financement, acteurs, gouvernance et territoire. Même si les données datent un peu, cet inventaire conserve toute sa pertinence pour situer les divergences structurelles entre PDC et PTCE, entre la notion de compétitivité ferment de l’économie de marché et entre la coopération, l’un des moteurs de l’économie sociale et solidaire.

Les PTCE, des « pôles de compétitivité de l’ESS ? »

               Cette assimilation sémantique des PTCE aux PDC que l’on retrouve dans l’essentiel des communications publiques de Carole Delga[12] alors Secrétaire d’Etat chargée de l’ESS, lors du deuxième appel à projets interministériel PTCE lancé en 2015, traduit bien les effets de miroir et la tentation isomorphique, au fil du processus d’institutionnalisation des PTCE par l’Etat, de les rapprocher du référentiel déjà connu des PDC.

               Entre un processus d’émergence ascendant et endogène des débuts portés par les acteurs de l’ESS (Fraisse) avec pour visée la transformation sociale, l’objet PTCE, depuis son inscription dans la loi de l’ESS en 2014 et au fur et à mesure des appels à projets depuis 2015 jusqu’à celui de 2021, glisse vers un référentiel entrepreneurial et gestionnaire[13]. Plusieurs auteurs en font l’analyse croisée.

Céline Bourbusson analyse et démontre l’évolution de la caractérisation et des logiques institutionnelles du PTCE[14] à partir du second appel à projet (2015).

Elle identifie deux logiques en tension voire en opposition : la logique initiale portée par les réseaux de l’ESS qu’elle qualifie alors de « logique civique de développement alternatif » et qui considère le PTCE comme une communauté de développement territorial solidaire et une deuxième logique, qui semble se confirmer avec le temps, qu’elle nomme « logique gestionnaire de normalisation de l’ESS » et qui appréhenderait le PTCE plutôt comme un cluster (un PDC) de type ESS.

Le cas PTCE devient alors un agent révélateur pour interroger le processus d’institutionnalisation de l’ESS en cours et les tensions qu’il génère, entre et pour les acteurs de l’ESS, depuis la création de la loi du 31 juillet 2014.  Comme le précisent Didier Chabanet et Nadine Richez-Battesti[15], « cette loi exprime des compromis pour certains et des tensions pour d’autres, entre logiques institutionnelles complémentaires ou concurrentes. Si les principes historiques de l’ESS y sont rappelés, elle est plus présentée comme un mode d’entreprendre que comme un modèle d’engagement collectif à visée d’émancipation »

Ainsi, tout en conservant certaines de ses caractéristiques traditionnelles (capacité inspirante, visée transformatrice), l’ESS évolue en profondeur. On assiste à une montée en puissance d’une conception de l’ESS de plus en plus marchande et concurrentielle : « Du coup, la dimension politique du projet […], qui touche notamment aux questions de démocratie économique dans les organisations et de transformation socio-politique potentielle liée aux pratiques et à l’émancipation des individus est de plus en plus invisibilisée par la montée en puissance d’une conception plus managériale de l’entrepreneuriat social qui – avec le soutien des pouvoirs publics – fait de son pragmatisme et de son efficacité le socle nouveau de sa légitimité ».

               Dès lors, dans ce moment de l’ESS et dans les cadres actuels des PTCE tels qu’ils sont définis par l’Etat (les AAP notamment), du côté des acteurs porteurs de dynamiques de PTCE, il n’est pas aisé de « garder  son cap » quand la volonté d’action qui anime un projet de coopération sur les valeurs émancipatrices et démocratiques de l’ESS doit se confronter à des nécessités de faisabilité, des opportunités, des stratégies de financement et de légitimation ; une « culture et une langue » technico-gestionnaire.

Des lisières sont à arpenter, en veillant à ne pas perdre le sens politique de son agir collectif, et c’est ce qu’illustrent Myriam Matray et Jacques Poisat dans un travail de typologie des PTCE réalisé en 2015 [16].

Il existe, au sein des PTCE reconnus et déclarés en tant que tel des différences significatives de positionnement et d’évolution entre les pôles.

Les chercheurs identifient 4 profils types dont les différences jouent sur des curseurs plus ou moins poussés entre activités marchandes et/ou non marchandes, entre gouvernance technocratique et/ou démocratique : le PTCE entrepreneurial, le PTCE alternatif, le PTCE social et le PTCE institutionnalisé. Dans les pratiques de terrain, on peut bien évidemment imaginer que ces profils sont mouvants, parfois en capacité de se superposer et/ou de repositionner la conduite du PTCE, en alignement à ses valeurs et à son objet.

Ce travail permet de rendre compte de l’hétérogénéité des initiatives des PTCE qui témoigne bien évidemment de la diversité et de la créativité des acteurs de l’ESS et de leur capacité d’écoute et d’action territoriale « située », « vécue » ; c’est-à-dire au plus près des besoins partagés des personnes vivant et agissant sur un territoire. Il a également pour intérêt de « mettre à plat » les risques de glissement de ces mêmes acteurs vers des logiques entrepreneuriales et technocratiques plus enclines à être perçues comme « efficaces » mais, qui peuvent progressivement désinvestir la dimension politique de l’ESS, en tant qu’alternative au capitalisme[17].

On rejoint ici la logique gestionnaire de normalisation de l’ESS pointée par Céline Bourbusson, logique qui selon elle participe à une instrumentalisation des PTCE par l’Etat qui s’est aujourd’hui pleinement approprié le dispositif, en le détournant de sa logique originelle : « L’Etat cherche à normaliser et à formater les PTCE à l’aune de modèles dominants. Une comparaison permanente et un rapprochement croissant des PTCE s’opère en effet avec les pôles de compétitivité, leurs homologues marchands[18] ». C’est sur le plan des indicateurs de performance et de contrôle des résultats propres aux attentes du New Public Management que l’écart entre PDC et PTCE tend à s’amoindrir, que les dispositifs, pour l’Etat, s’appréhendent avec similarité.

               Pour conclure, il apparaît indispensable de rappeler que l’Etat n’est pas omnipotent et même s’il a eu « un retour de flamme » à l’égard des PTCE, leur avenir appartient encore aux collectifs d’acteurs et aux territoires qui les portent et les accompagnent : les organisations de l’ESS, leurs réseaux comme les CRESS, les citoyens, les collectivités territoriales qui les ont prioritairement soutenus.

Pour que les PTCE d’aujourd’hui et de demain restent des dynamiques démocratiques et territoriales parfaitement différenciées et émancipées d’un référentiel marchand et technocratique, comme celui auquel est soumis le dispositif PDC, il apparaît indispensable que les

porteurs de PTCE aient conscience des tensions sous-jacentes liées au processus en cours d’institutionnalisation de l’ESS. 

Il apparaît encore plus indispensable que ces acteurs de l’ESS s’outillent théoriquement et politiquement, de manière collective, pour « contester par projet[19] » et faire des PTCE de vraies alternatives de développement territorial.

ANNEXES

Annexe 1 : Définition des notions de coopération et de compétitivité

Ces définitions semblent décrire, par avance, les divergences structurelles sur lesquelles se fondent les dispositifs des PDC et des PTCE. On y décode des tonalités, des intentions très différentes, à travers la sémantique retenue, d’un côté l’idée de mise en commun, de l’autre une approche plus offensive, « guerrière ».

Coopération :

« Acteurs qui ont des intérêts similaires qu’ils planifient ensemble, où qu’ils négocient leurs rôles mutuels et partagent des ressources pour atteindre un objectif commun tout en maintenant leur identité. La coopération est une notion centrale pour l’économie sociale et solidaire, par opposition à la concurrence entre structures. Il s’agit, dans un territoire donné, de faire naître et de développer des partenariats innovants, vertueux et approfondis entre des acteurs de l’ESS, des acteurs publics, des entreprises classiques, des universités… »

Source : site du Labo de l’ESS

Compétitivité :

« Dans l’art de la guerre économique, la compétitivité est un objectif stratégique. Cette notion n’est pourtant pas le résultat d’une formule arithmétique. Elle traduit l’aptitude pour une entreprise, un secteur d’activité ou l’ensemble des acteurs économiques d’un pays à faire face à la concurrence. Être compétitif seulement sur les prix de vente permet éventuellement de gagner une bataille, mais pas toujours la guerre. En misant sur la qualité de ses produits ou de ses services, une entreprise accroit sa compétitivité. De même, ses investissements dans la recherche et le développement engendrent, par la suite, des gains de compétitivité. La capacité d’adaptation aux demandes spécifiques des clients est le plus souvent un atout compétitif décisif »

Source : site www.economie.gouv.fr

Annexe 2 : Définition de Pôle de Compétitivité par l’Etat

Un pôle de compétitivité se définit comme : « le regroupement sur un territoire donné et autour d’une thématique précise de PME, de grands groupes, organismes de recherche et de formation, ces structures ont pour mission de mettre en relation les entreprises, de faire émerger des projets collaboratifs innovants de recherche et développement et d’apporter une assistance thématisée à leurs membres. En maillant le territoire au plus proche des écosystème d’innovation, ils contribuent à créer les nouveaux produits, services et processus innovants qui porteront la compétitivité de demain des entreprises, en particulier face aux grandes ruptures sanitaires, environnementales et technologiques. Leur action et leurs compétences contribuent aussi développement économique des territoires dans lesquels ils sont implantés, aux politiques régionales d’innovation et à la structuration des filières nationales »

Extrait du Cahier des charges de l’AAP de la Phase 5 des Pôles de Compétitivité – 2023/2026

Comme le précise l’Etat : « Un pôle de compétitivité a vocation à soutenir l’innovation. Il favorise le développement de projets collaboratifs de recherche et développement (R&D) particulièrement innovants. Il accompagne également le développement et la croissance de ses entreprises membres grâce notamment à la valorisation et à la mise sur le marché de nouveaux produits, services ou procédés issus des résultats des projets de recherche. En permettant aux entreprises impliquées de prendre une position de premier plan sur leurs marchés en France, en Europe et à l’international, les pôles de compétitivités sont des moteurs de croissance et d’emplois sur les marchés porteurs. »

Définition extraite du site www.entreprises.gouv.fr

Annexe 3 : Cartographies des PDC

Source : Antoine Grandclement, « Les Pôles de compétitivité : d’une géographie de l’innovation à une géographie de la production », Géoconfluences, décembre 2020

On voit bien avec cette carte que la géographie des PDC épouse celles, majoritairement, des territoires métropolitains et des villes moyennes, la politique publique des PDC axée compétitivité ne semble pas viser en premier lieu une correction des inégalités territoriales, mais plutôt une concentration ou un fort maillage dans les régions et les aires urbaines les mieux dotées (croissance, emploi et tissu technologique).

Une superposition avec la cartographie des PTCE pourrait être pertinente, elle donnerait à voir probablement une représentativité bien plus grande de tous les territoires (urbains, périurbains, ruraux)

Dans ces deux cartographies, nous pouvons voir, en terme d’échelle géographique, que le type de coopérations entre les membres d’un PDC diffère totalement de celles d’un PTCE qui sont très ancrées localement. Il peut bien évidemment avoir un rayonnement qui dépasse son territoire d’action mais la densité de ses interactions reste circonscrite à une échelle réduite, « humaine ». A contrario des PDC qui, pour être performants, doivent atteindre des « masses critiques » et concentrer un réseau d’alliances et de partenaires multi-scalaires.

Annexe 4 : Définitions des PTCE

Définition originelle par l’inter-réseaux des acteurs de l’ESS

Source : Laurent Fraisse, « Mieux caractériser les PTCE face à un processus rapide d’institutionnalisation », RECMA, vol. 343, n°1, 2017, p. 21-39

Définition retenue dans le cadre de l’article 9 de la Loi du 31 juillet 2014 relative à l’ESS

« Les pôles territoriaux de coopération économique sont constitués par le regroupement sur un même territoire d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, au sens de l’article 1er de la présente loi, qui s’associent à des entreprises, en lien avec des collectivités territoriales et leurs groupements, des centres de recherche, des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, des organismes de formation ou toute autre personne physique ou morale pour mettre en œuvre une stratégie commune et continue de mutualisation, de coopération ou de partenariat au service de projets économiques et sociaux innovants, socialement ou technologiquement, et porteurs d’un développement local durable. »

Annexe 5 : Tableau comparatif des différences entre PDC et PTCE

Sources : Le Labo de l’ESS, Expérimenter et labelliser des pôles territoriaux de coopération économique, 2010 et MATRAY M., Le dynamisme d’évolution des pôles de compétitivité territoriaux. Approche territorialisée de l’écosystème des pôles de compétitivité en France, Thèse Sciences économiques, Université Lyon 3 , 2010, extrait de l’article de Myriam Matray, Jacques Poisat, « Les pôles de coordination de l’économie sociale et solidaire dans un territoire au service de l’innovation sociale et de l’émergence de nouveaux projets : deux exemples dans le Roannais » , 4th CIRIEC International Research Conference on Social Economy, Social economy on the move at the crossroads of structural change and regulation, Oct 2013, Antwerpen, France. 20 p

   PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ  PÔLE DE COOPÉRATION TERRITORIAL ÉCONOMIQUE
  FINALITÉS    Croissance économique    Développement local durable
  DÉMARCHE  Descendante (top down)  Ascendante (bottom up)
      FILIÈRES    Spécialisés sur une filière industrielleCentrés sur de nouvelles productions (hautes technologies) et/ou filières industrielles  Valorisation de ressources locales diversifiéesDiversité sectorielle (filières traditionnelles, services d’intérêt général, circuits courts, mobilisation de l’épargne local…)
    INNOVATIONS  Technologiques    Sociales (socio-économiques)
    FINANCEMENT    National, collectivités locales et programmes de recherche nationaux  (ANR)      Collectivités locales, pas de financement national
    ACTEURS    Groupes multinationaux, PME, organismes de recherche nationaux  TPE, PME, réseaux locaux d’acteurs, collectivités locales, formations universitaires et  centres de recherche régionaux  
    GOUVERNANCE      Autonome par entreprises, experts, élus Logique technocratique  Autonome avec participation de citoyens, entreprises, collectivités locales Logique démocratique / délibérative  
  TERRITOIRE    Territoire = tremplin pour devenir leader économique = ressource pour le pôle de compétitivité  Ancrage territorial des activités économiques pour mieux répondre aux besoins des populations locales PTCE = ressource pour le territoire  

Les données sont un peu anciennes déjà, cependant, cela rend bien compte de la variété des divergences entre les deux dispositifs. Dans la case financement, côté PTCE, une mise à jour serait pertinente puisque désormais, les PTCE bénéficient également, depuis 2013 de soutien de l’Etat.

Annexe 6 :

Les deux analyses, celles des logiques institutionnelles et celles des typologies de PTCE se répondent bien et semblent confirmer le même type d’évolution

Annexe 7 :


[1] Cf. Annexe n°1 : définition des notions de coopération et de compétitivité

[2] Céline Bourbusson, « L’institutionnalisation de l’ESS par l’éviction de ses fondements institutionnels : le cas PTCE », Revue Politiques et Management Public, 2022, n°1, p.5-29

[3] Cf. Annexe n° 2 : définition exhaustive de la notion de Pôle de compétitivité

[4] Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer, Florian Mayneris, Les pôles de compétitivité : que peut-on en attendre ?, Edition Rue d’Ulm (ENS), collection du CEPREMAP, 2008, 84 p.

[5] Cf. Annexe n°3 : Cartographies des PDC en date de 2020 et insert cartographiques des échelles territoriales qu’ils couvrent.

[6] Denis Chabault et Régis Martineau, « L’encadrement des pôles de compétitivité par l’Etat : entre stratégie émergente et injonctions étatiques », Revue Politiques & Management Public, Vol 30/3, Les Transformations publiques au prisme des réformes comptables et financières, septembre 2013

[7] Myriam Matray, Jacques Poisat. Les pôles de coordination de l’économie sociale et solidaire dans un territoire au service de l’innovation sociale et de l’émergence de nouveaux projets : deux exemples dans le Roannais, 4th CIRIEC International Research Conference on Social Economy, Social economy on the move..at the crossroads of structural change and regulation, Oct 2013, Antwerpen. 20 p.

[8] Danièle Desmoutier, Xabier Itçaina, « Ancrages et polarisations territoriales de l’économie sociale et solidaire. Le PTCE Sud Aquitaine en perspective comparée », Revue d’Economie Régionale & Urbaine, Armand Colin, février 2022/1, p. 43 – 65

[9] Cf. Annexe n°4 – Définitions des PTCE : définition originelle proposée par l’inter-réseaux des acteurs de l’ESS (2011) et définition retenue dans le cadre de la loi ESS (2014)

[10] Op. cit. Danièle Desmoutier, Xabier Itçaina

[11] Cf. Annexe n°5 – Tableau comparatif des différences entre PDC et PTCE de Myriam Matray (2010)

[12] Céline Bourbusson, « L’institutionnalisation de l’ESS par l’éviction de ses fondements institutionnels : le cas PTCE », Revue Politiques et Management Public, 2022, n°1, p.5-29

[13] « L’évaluation de la politique des PTCE a été confiée au Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique qui l’a sous traité à des cabinets de conseil, ce qui concourt de manière significative avec l’apparition du tournant gestionnaire : le SGMAP suggère de renforcer les « attentes en terme de modalités de coopération avec l’économie classique »(…) Suite à l’évaluation du SGMAP, le 2nd AAP pose des critères plus stricts notamment au travers des 2 obligations controversées de portage des pôles par une personne morale et d’obligation de la présence « d’au moins une entreprise de l’ESS et une entreprise classique » Op. cit. Céline Bourbusson

[14] Cf. Annexe n°6 – Tableau comparatif extrait de Céline Bourbusson, « L’institutionnalisation d’une politique participative : le cas du pôle territorial de coopération économique », RECMA, n°365, 2022/3, p 49-65

[15] Didier Chabanet et Nadine Richez-Battesti, « Le processus d’institutionnalisation de l’économie sociale et solidaire au prisme de la loi de juillet 2014 : quand les logiques marchandes et concurrentielles prennent le pas sur les logiques de transformation sociales », Revue Management InternationalEntre traditions et changements : l’économe sociale en Europe depuis le début de la crise économique de 2008, volume 5, n°4, p. 101-115

[16] Annexe n°7 : Tableau des typologies de PTCE in Myriam Matray, Jacques Poisat, « Pôles territoriaux de coopération économique : l’entreprenariat territorial au risque de la transformation sociale et de l’alternative économique », XVème Rencontres du RIUESS, La créativité de l’économie sociale et solidaire est-elle soluble dans l’entrepreneuriat ?, Reims, mai 2015, 15 p.

[17] « Pour les dirigeants de l’Etat, à propos des PTCE, dès qu’on parle du rôle des citoyens, on va vers l’utopie, il leur faut des entreprises bien dirigées avec des experts qui sortent des grandes écoles etc. » Claude Alphandéry, in Céline Bourbusson, « L’institutionnalisation d’une politique participative : le cas du pôle territorial de coopération économique », RECMA, n°365, 2022/3, p 49-65

[18] Céline Bourbusson, « L’institutionnalisation de l’ESS par l’éviction de ses fondements institutionnels : le cas PTCE », Revue Politiques et Management Public, 2022, n°1, p.5-29

[19] Xabier Itçaina, « L’économie sociale et solidaire et l’inscription territoriale des problèmes publics : émergence et enjeux d’un PTCE », Revue Gouvernance, volume 18, numéro 1, 2021, p 62 – 83


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chaireterress (6 mars 2023). Les PTCE : Quelles différences avec les pôles de compétitivité ? Territoires de l’économie sociale et solidaire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmx9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search